Se créer sa bulle

Publié le 4 Février 2013

En postant toute à l'heure la Chanson pourrie du lundi, je disais que je m'abstenais de poster parce que j'étais de mauvaise humeur en ce moment et que je ne voulais pas faire ma chieuse. Enfin, plus qu'à mon habitude, j'entends.

 

Mais comme il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...

 

Je ne me sentais pas dans mon assiette depuis 2 semaines, j'étais de mauvaise humeur, toujours grognon, toujours sur la défensive, en mode #j'enaimarredelavie, #jenesuispasépanouiedansmontravail, #mavieestnulle, #jeneprofitepasassezdemonfils, #ilfaitencoreunsaletempsaujourd'hui, #j'enairasleculbordeldemerde...

 

Je n'étais pas dans mon assiette en fait depuis le moment où mon père a pété un câble tout seul il y a 2 semaines donc, et m'a envoyée chier sans plus donner de nouvelles, alors qu'il était en tort (si, si je te jure, j'ai fait cent fois le tour de la question mais c'est vraiment lui qui s'est emporté pour rien).

 

Du coup, je me suis dis que y en avait ras-le-bol de ses sautes d'humeurs, il s'est déjà mis depuis des années toute sa famille à dos et maintenant il continue avec moi alors qu'en terme de famille, Minus et moi sommes les seuls qui lui restons. Faut être un peu con quand même pour avoir tant de fierté et prendre ses proches pour des idiots au point de se les mettre à dos pour des choses futiles non ? Toujours moi qui tente de faire passer par dessus ce qu'il dit de méchant, toujours moi qui prends des gants pour lui dire des choses, toujours moi qui passe pour l'idiote de service parce que je ne connais pas quelque chose que LUI  connaît ou parce que je ne suis pas de SON avis. A un moment donné, j'en peux plus vois-tu.

 

Et c'est nul, parce que mon mal être je le répercute sur tout et tout le monde. J'ai pas envie de me lever le matin, encore moins d'aller au boulot et de dire "bonjour!" à 300 personnes, je passe mon temps à pleurer, je gronde Minus pour des bêtises d'enfants qui n'en valent pas la peine, je suis désagréable avec ma mère, j'envoie chier mon frère sans cesse, j'ai l'impression d'être jugée et mal-aimée, je ne supporte plus les attitudes homophobes (ou homoconnard je dirais) de mon beau-père dès qu'un reportage "Mariage pour tous" passe à la télé ou que Shy'm embrasse sa danseuse aux Nrj Music Awards, je ne supporte plus l'image quand mon fils vient se plaindre qu'on lui dise des gros mots et qu'on le tape (même un coup dans les testicouilles dans une classe de petite section, t'y crois toi ?!?), quand la nounou me dit qu'il est bagarreur et turbulent dans la classe alors que la maîtresse dit à ma mère (qui le récupère de temps en temps) que turbulent c'est un grand mot, plutôt vivant et qu'il n'est pas le seul à faire la bagarre, à pousser, etc, ce sont des jeux de garçons-enfants quoi, et moi je m'imagine le pire. Je suis méga frustrée de ne pouvoir l'accompagner à l'école ni le matin ni l'après-midi, je suis triste de le quitter le lundi matin quand il faut recommencer un longue semaine... JPP.

 

Et puis il y a aussi le fait que j'aimerai devenir assistante maternelle, mais avec mon statut de mère célibataire je n'ose pas me lancer, quitter mon boulot déjà payé au Smic pour peut-être finalement se retrouver complètement dans la mierda financièrement si jamais ça ne fonctionne pas comme je veux, c'est un peu tendre la perche pour se faire battre.

 

En laissant cette idée de côté, je suis allée vendredi à une réunion d'information au Fongecif afin d'en savoir un peu plus sur leur fonctionnement et me renseigner une formation en couture. Franchement, rien qu'à voir le dossier qu'il faut monter et surtout à quel point ton projet doit être mûre, ça m'a découragée et l'envie m'est passée.

 

Mercredi dernier, je suis allée voir ma-copine-masseuse-et-thérapeute. Elle m'a tellement relaxée, j'en avais grand besoin. Elle m'a débloquée ma cellulite aussi, j'avais un mal de jambes de fou deux jours après, mais je m'égare...

 

Nous avons discuté, pas de cela, mais de méditation. Après tout, ce mot ne parlait pas tant que ça. Qu'est ce que c'est que la méditation ? A part se mettre en tailleur, joindre les bouts de son pouce et de son index et sortir un son style "aoummmmmmooouaaaaammmmm", ça n'allait pas plus loin.

 

Et bien figure toi qu'en fait méditer, c'est ne penser à rien.

 

Elle m'a tuée quand elle m'a dit ça ! Imagine, il faut que tu penses... mais à rien ! Incroyable. Comme j'étais intriguée, on s'est dit qu'il fallait absolument qu'on se fasse une petite séance. Je te raconterai quand ce jour viendra...

 

Et puis il y a aussi le fait qu'avec son métier, elle ressent les émotions des gens et forcément elle ne doit pas craquer, toussa toussa... Du coup, elle m'a dit qu'elle se faisait sa bulle lors de sa méditation (elle se lève 1 heure avant de se préparer pour se mettre en mode #jesuiszenriennepeutmetoucher, c'est que bon, moi j'aime un peu trop mon lit pour ça, mais après tout faut ce qu'il faut), une bulle qui part du centre du crane, qui t'entoure et qui passe sous tes pieds. Une bulle que tu remplie de la couleur que tu veux, de l'image que tu veux, de la chanson que tu veux (tu as le droit à Patrick Sébastien mais avec modération quand même), une bulle que tu imagine t'entourer de plusieurs dizaines de centimètres, et dont tu te sers pour te revigorer dans la journée dès que tu sens un coup de fatigue, un coup de blues, un coup de stress , bref que tu utilise avant qu'un trop plein d'émotions t'envahisse.

 

 

Cette bulle, j'ai eu envie de me la créer. On dit toujours les ennuis du boulot ne sont pas à emmener à la maison, et les ennuis de la maison ne sont pas à emmener au boulot. Oui, mais ce n'est pas toujours facile. Quand tu as des ennuis, ils te suivent où que tu ailles.

 

J'ai déjà la chance d'arriver depuis toujours à faire la part des choses quand je sors du boulot. Si j'ai passé une mauvaise journée au boulot, j'ai le sourire en en sortant parce que je sais que dans quelques minutes je retrouverai mon Minus avec ses câlins et ses bisous d'amour.

 

Quand tu as l'impression que tout va mal, ce n'est pas simple de voir le positif et d'être optimiste. Je suis pourtant de nature à l'être, enfin je crois. Je ne sais plus trop en fait. 

 

Ce matin en me levant, malgré le fait que j'avais une tête tout droit sortie du cul d'un éléphant, je me suis regardée dans le miroir et je me suis forcée à sourire et je me suis dis, Steph, cette semaine tu la passeras en joie, good vibes et petits bonheurs. Je ne compte pas me laisser aller parce que pour moi, cela fait trop de dégâts. La vie est si courte, le temps passe si vite, à quoi bon se prendre la tête bêtement ?

 

Je ne sais pas de quoi est fait l'avenir, j'essaie d'avancer pas à pas en prenant le meilleur sur mon chemin.

(Oh la vache, je te laisse, j'ai la cervelle qui chauffe là.)

Rédigé par Kikekoidonc

Publié dans #Racontage de vie de moi-même

Repost 0
Commenter cet article

teparlerdemavie 06/02/2013 14:59

J'aime cette idée d'une bulle de couleur (peut-être orange? comme un gros soleil?) et puis, nous sommes des éponges émotionnelles et il n'est pas toujours facile de gérer nos émotions quand elles
nous submergent.
Pour ton papa, je trouve ça triste de se mettre tout le monde à dos...
Prends bien soin de toi, c'est le plus important. bises

mère pas parfaite 05/02/2013 10:28

positiver! c'est clair que ya rien de mieux à faire, et ça peut égayer ta journée ;)
je devrais peut être me faire uen bulle moi aussi
aller des bisous et du positif envoyer par tonnes en bonnes ondes :)

Kikekoidonc 05/02/2013 10:40



Oui tu as raison ma MPP ! Merci pour tes bonnes ondes t'es cro meugnonne :)



L............... 05/02/2013 01:01

Bonsoir
Je suis une nouvelle lectrice
Votre vie n'a pas l'air facile d'après le texte d'aujourd'hui. A travers ce que vous racontez, vous faites passer de beaux messages sur la vie,notamment à la fin à partir de "la vie est si
courte...sur mon chemin"
De même quand vous écrivez que, quand on a des ennuis, ils nous suivent...c'est vrai! Pour les semer, je pense qu'il vaut mieux penser à autre chose mais ce n'est pas facile.
Quant à ne penser à rien, vous avez raison, ça semble impossible! en tous cas ça m'est difficile!
Prenez en effet le meilleur sur votre chemin, appréciez ces petits bonheurs simples. parfois on trébuche sur le chemin de la vie, il y a des cailloux, mais on se relève pour continuer
d'avancer.
C'est vrai qu'au milieu des soucis, c'est difficile de voir le positif. Il faut arriver à renforcer sa force intérieure. Cela vient pas à pas, avec le temps, la sagesse des années ...Elle est aussi
renforcée par les épreuves. il y a parfois du positif dans le négatif mais on ne le voit pas de suite, on le voit plus tard avec le recul.
Ce qui compte c'est qu'après la pluie, il y a toujours le beau temps...
Bon courage et à bientôt de vous lire
Une lectrice
L...............

Kikekoidonc 05/02/2013 10:39



Bonjour L....... (Louise ? Libellule ? Lectriceanonyme ? :) )et bienvenue dans ma bulle (c'est le cas de le dire !) Merci d'avoir pris le temps de me laisser ce long commentaire, j'ai l'air un
peu grognon comme ça mais je me rattrape vite en pensant à de jolies choses qui m'entourent et en me disant surtout qu'il y a de pires situations autour de nous. Le mot qui me revient souvent
c'est RE-LA-TI-VI-SER !!! A très bientôt si vous le souhaitez.