Première rentrée scolaire ou "premiers pleurs"

Publié le 6 Septembre 2012

 

Cette année, Minus a eu 3 ans. Mardi était donc le jour de sa première rentrée scolaire, à l'école donc, en Petite Section quoi. En bref, mon bébé est devenu en un rien de temps un presque-grand.


Lui qui est cool, sociable, ouvert à tout, je m'attendais quand même à une petite larme, un câlin de stressé (le genre qui te cramponne et ne te lâcherait pour rien au monde, même pas pour une glace au chocolat) (une Häägendazs j'entends hein, pas une Marque Repère), je m'attendais à des petits cris, des petits mots tels ceux qu'il prend un malin plaisir à me sortir le soir quand je le couche "nooon Mamannn ! Me laisse pas tout seul ! M'abandonne paaas !" (si si il me dit ça, je te le jure, tout ça pour gratter 5 minutes de plus et me faire culpabiliser) (au début ça marchait, j'ai un COEUR, quand même... mais maintenant il peut se gratter l'oignon, je ne cède plus, nomého).

 

Et bien rien. RIEN du tout. Pas une larme, pas un cri, pas un mot de peur. Il a dit bonjour (timidement quand même), a vu un bac de voitures et de petits trains (et toi-même tu sais, si tu me lis un peu, que les voitures et le Minus, c'est une histoire d'amour avec un grand A), il est devenu tout fou, m'a laissé comme une vieille chaussette, s'est précipité sur le tapis de jeux et a vaqué à ses occupations. Je lui ai proposé de faire un petit tour de classe tout de même, histoire de ne pas faire son Rain Man dès le premier jour. Il a bien voulu troquer le train 5 minutes pour un dessin en compagnie de la maîtresse et moi-même, mais comme le Minus est un être auquel il faut s’attendre à tout sauf ce que tu peux imaginer, il a réussi à se faire passer tout seul pour un psychopathe : Minus dessine une spirale, je lui dis que c’est joli (toujours complimenter son enfant même si parfois son coup de crayon laisse à désirer) (mais il n’a que 3 ans, je ne lui en veux pas) (oui, Mozart avait des dons prodigieux dès 3 ans, mais tout le monde ne s’appelle pas Mozart), je suggère que c’est un escargot (spirale=escargot, en tout cas c’est comme ça que je les dessine) (non je ne suis pas Picasso), ce à quoi il me répond sur un ton des plus sérieux qu’il soit « Oui. Un n’escargot mort. Comme chez Mamie. ». Comment te dire ? J’étais partagée entre l’envie d’explosée de rire et l’obligation d’expliquer à la maîtresse (vu le malaise qui s’installait sur son visage) que non, mon fils va très bien, il n’est pas du tout perturbé, il se remémore juste la coquille d’escargot vide ramassée 2 jours plus tôt chez sa Mamie, où nous lui avons expliqué que si la coquille était vide c’est que l’escargot était mort. Avec un peu de recul, je me suis tout de même félicitée qu’il ait choisi la couleur marron pour faire son n’escargot, il aurait très bien pu choisir du noir et gribouiller du rouge à côté, là effectivement il y aurait eu de quoi se poser « quelques » questions. Mais non, Minus a choisi le droit chemin, c’est bien mon fils, bravo.


Je suis donc partie de la classe une petite demi-heure après, et c’est là que le drame a commencé. Un bisou (bon d’accord, des tonnes de bisous), un gros câlin, une dernière remémoration du déroulement de la journée, un petit signe de la main, et… un Minus qui dégage sa mère de la classe « oui oui Maman, à demain », euh on se voit quand même ce soir mon chéri !, « Oui d’accord Maman, à ce soir va au boulot maintenant moi ze vais c’ravailler ».


Tu comprendras donc, après avoir lu ce texte et en jetant un nouveau coup d’œil sur le titre de ce billet, que les pleurs ce n’était pas lui, mais MOI.


Je savais que je verserai ma petite larme, tu sais cette larme que tout parent ayant un peu de mal à passer le cap de l’école (faut dire tu te prends une sacrée claque dans la couenne quand même, ça pique un peu, merde alors) verse en accompagnant leur enfant. Mais j’avais tort. Je n’ai pas versé ma petite larme. J’ai versé mon TORRENT. C’était catastrophique, ridicule, stressant. Et puis mouillé, bien sûr.


MINUS : 1  /  MAMAN : 0

 

Rédigé par Kikekoidonc

Publié dans #Racontage de vie de moi-même

Repost 0
Commenter cet article