Les vacances, c'était bien.

Publié le 6 Septembre 2012

 

Mais bien trop court, comme toutes les vacances, les weekends, les jours de repos, comme tout ce qui en bon quoi. Mais c'était bien quand même.

Le bonheur (selon moi) quand tu es en vacances, c'est de pouvoir te coucher tard sans penser à l'heure où tu devras te réveiller et te lever (et accessoirement fracasser ton réveil pour le faire taire, mais c’est un détail). Le bonheur c'est de ne rien faire, d'aimer s'ennuyer, de profiter du soleil et de sa chaleur (car oui, il était là, et c'est justement dans ces moments là que je suis contente (mais conteeeente) de ne pas avoir été une juilletiste), de voir son minus jouer presqu'à poils dans le jardin ou dans la petite piscine, de manger n'importe quoi et à pas d'heure, de se désintoxiquer (un peu) de la vie virtuelle (bon malgré moi en fait, parce que mon fucking mini-ordinateur n'a pas daigné vouloir accepter de me connecter à mon blog, donc forcément quand tu as plein de choses à raconter (sur le tas surtout, c'est plus marrant et aucun détail ne t'échappe) c'est un peu frustrant...).

D'ailleurs parlons-en de cette désintoxication virtuelle. Je n'estime pas en avoir assez abusé. Je me suis découverte addict à Facebook et à mes mails encore plus que je ne le pensais, et ça, c'est maaal... Oui c'est mal, parce que j'ai profité que mon enfant sache et aime jouer seul pour ne pas lui proposer d'activités autres qu'il fasse déjà au quotidien, je l'ai laissé livré à lui-même comme un chaton sevré de 2 mois... (je précise tout de même (certainement pour diminuer ma culpabilité) que la plupart du temps où je lui propose de jouer avec lui, il me dégage parce qu'il préfère être seul avec ses voitures et compagnie, donc bon). Je regrette, je suis navrée, je n'ai pas été à la hauteur de la mère que je pensais être pour ces vacances avec mon Minus. Je suis nulle. Nulle nulle nulle. C'en est déprimant. Alors c'est décidé, les prochaines vacances, en Décembre donc (quoi, si loin ? #secognelatêtecontrelemur) je me désintoxique com-plè-te-ment.

Oui parce que quand même pendant ces 3 semaines (et 1 jour) de vacances, je n’ai pas touché à Internet ni à mon portable pendant 4 jours et ça m’a fait du bien. Tu as bien lu, QUATRE JOURS. La raison est simplissime : passe une semaine avec moi et tu ne retrouveras rien à sa place, la moitié des choses égarées (dans la même pièce certes, mais égarées quand même). C’est donc comme cela que je me suis retrouvée sans chargeur, donc avec un téléphone dépourvu de toute charge, que j’ai cherché ce chargeur dans tous les recoins de la maison, vidé mes sacs, re-re-vidé mes sacs (pour être bien sûre, on ne sait jamais il aurait pu se fourrer dans une doublure), en vain. Puis je me suis dis qu’après tout, j’étais en vacances, que ça ne me ferait certainement pas de mal, alors avec les 3 % de charge qu’il me restait (oui je sais, je t’ai dit « dépourvu de toute charge », comme si c’était un drame, mais en fait je t’ai menti, il me restait 3 %...) j’ai envoyé un message aux personnes susceptibles de penser au Minus et à moi (accessoirement), de prendre de nos nouvelles, de s’inquiéter pour nous, même. Miss-les-trous-de-gruyère-dans-la-tête (c’est le magnifique surnom que me donne mon père quand j’oublie quelque chose) (toi aussi tu trouves qu’il est méchant n’est-ce pas ?) (pleurons ensemble…) les recontacterait lorsqu’elle aura remis les mains sur son chargeur.

Quelle histoire n’est pas ! Tu veux connaître la suite ? Elle est un peu moins longue (mettre une bonne couche de lecture en revenant de vacances, telle est ma devise) : je l’ai trouvé (roulement de tambours…) sous le drap-housse de mon lit ! C’est tout à fait l’endroit où je serais allée le chercher, bien évidemment. Je ne me suis d’ailleurs pas posée une seconde la question « mais QUI a bien pu s’amuser à cacher ceci ici ? », pas une seule fois non.

Bref, je suis restée 4 jours en mode non-geek, et tu sais quoi ? Et bien ça ne m’a même pas manqué, sachant que je n’y avais pas accès. C’était même plutôt sympa, de ne pas se sentir tel un robot ayant soif de technologie à tout prix.

Voilà donc ma résolution des vacances de fin d’année (et peut-être bien des autres périodes aussi, si je tiens le coup !) : ne plus toucher à tout ce qui dépend de la nouvelle technologie (sauf extrême urgence, bien évidemment…), m’occuper de mon fils uniquement (et un peu de moi aussi quand même, faut pas déconner).

Et peut-être ainsi, pourrai-je faire une photo aux prochaines rentrées telle celle que l’on voit partout en ce moment : les gosses qui tirent la gueule et la mère (indigne) (ou pas) qui saute de joie…

Rédigé par Kikekoidonc

Publié dans #Racontage de vie de moi-même

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mère pas parfaite 06/09/2012 16:46

je me suis déconnectée quelques temps pendant aout, je n'ai fait aucun article pendant 1semaine et demi, et n'ai lu les blogs (et là t'as mal aux yeux quand tu vois combien ya d'articles à lire)
qu'à mon retour.
ça fait du bien!
Sinon j'essaye au max de pas y aller le week end (la tentation est dure) et je n'écris rien le week end, c'est déjà ça! lol

Kikekoidonc 14/09/2012 12:41



C'est déjà bien ce que tu fais, j'essaye aussi maintenant, ou quand je m'ennuye au lieu de sauter sur mon telephone ou mon ordi je me plonge dans un bouquin (j'ai besoin de me "culturer", tu
comprends), ça fait du bien comme dit, c'est clair, mais parfois c'est plus fort que soi tellement on est accroc à la technologie !!! ;)