La vie en collectivité, c'est supeeeeeer !

Publié le 7 Novembre 2012

Comme tu le sais si tu suis un peu ma life (moi moi moi et encore moi) j'ai emménagé dans mon nouvel appart il y a peu de temps, 1 mois et 22 jours (ce chiffre me paraît énorme en fait quand je pense aux nombre de cartons que je n'ai toujours pas vidés) (mais cette flèmitude me tient tellement, c'en est désespérant) (après tout, si mon fils fait des dessins sur les cartons, peut-être que je pourrai les laisser en tant que meubles à part entière ? Je vais y réfléchir tiens...).

 

Je vis dans un collectif HLM, mon appart est grand comme j'aime et bien agencé, il est propre et presque neuf comme le reste de tout l'immeuble puisqu'il a moins de 2 ans. J'ai déménagé 6 fois en 4 ans et je me retrouve enfin dans un appart qui me ressemble, où je me sens bien, où j'ai envie de rester longtemps (sauf si Christian Grey m'achète une maison, auquel cas je redéménagerai bien évidemment) (avec lui, ça tombe sous le sens) (ah ah ah que je suis drôôôle).

 

Apprécier son appart est donc une bonne chose, mais apprécier ses voisins est un autre problème.

 

Parce que vois-tu, lorsqu’à 21 h 30 (alors que je suis en train de regarder X-Men origins : Wolverine avec mon Hugh Jackeman, quoi) ma voisine d’en face vient sonner (par conséquent, me dérange) (surtout que  en panique parce qu’il y a de la fumée dans le couloir de notre étage, je garde mon sang-froid tant bien que mal pendant qu’elle appelle les pompiers (parce que j’ai un peu dans la tête que tout va cramer, quand même) en décidant de sonner chez tous les voisins du palier pour savoir si cela ne vient pas de chez eux, je regarde par la fenêtre d’une voisine qui a vu du côté de la rue où sont les poubelles si ce ne sont pas elles qui crament, finalement non ce n’est pas le cas mais nous décidons d’évacuer tout de même ; je décide de descendre dans les autres étages pour vérifier d’où la fumée vient (quelqu’un peut-il me rappeler à quoi servent les détecteurs de fumée s’ils ne sonnent pas lorsqu’il y a de la fumée dans TOUS les étages ?).

 J’arrive au 2ème, l’odeur de plastique brûlé est plus forte et il y a beaucoup plus de fumée. Ma voisine qui me suit sonnent chez les voisins de gauche, moi chez ceux de droite lorsqu’à ma grande surprise je découvre au fond du couloir la porte qui a en grande partie brûlé à l’extérieur. Un flashback me vient alors à l’esprit, celui du jour où ma meilleure amie m’a appelé pour avoir mon soutien parce que son oncle s’était suicidé 2 jours auparavant en s’enfermant dans son cagibi et déclenchant un feu qui le tua. Je regarde la porte et sonne sans m’arrêter tout en tambourinant à la porte de toutes mes forces, étant effrayée de ce qui pouvait bien se passer derrière si l’extérieur de la porte était dans cet état.

 

Une femme m’ouvre, me dévisage (je crois qu’elle m’a prise pour une folle tellement je lui ai fait peur) en me demandant ce qu’est ce qu’il me prenait, je lui demande si tout le monde va bien chez elle vu l’état de sa porte, elle crie en voyant la noirceur de la suie qui s’est installée partout devant chez elle et… devient hystérique lorsqu’elle voit derrière moi ma voisine (celle qui m’a prévenu de la fumée et qui me suivait dans les étages). Je ne prononcerai pas ici les mots doux qu’elles ont échangés ni ne te ferai de dessin des mains qui ont volé, mais d’après ce que j’ai compris, elles ont déjà eu des différends auparavant.

 

Les pompiers et policiers arrivent donc, ils nous interrogent et prennent nos coordonnées.

Nous remontons tous chez nous, je reprends mon film qui est déjà bien avancé mais qu’importe, je VEUX voir mon Wolverine.

Cinq minutes passent et ma sonnette retentie de nouveau. Je commence à bouillonner car je sais que les pompiers et les policiers sont partis, ce ne sont donc pas eux qui viennent à nouveau perturber ma séance film-que-je-kiffe-à-donf du dimanche soir. Ma voisine ? Bingo.

 

Je n’en crois pas mes oreilles lorsqu’elle me présente aux deux autres femmes (dont la locataire du 2ème à la porte cramée) sur le palier comme celle qui pourra leur expliquer. Non mais croit-elle sérieusement que j’ai envie de me mêler à leurs histoires ? J’explique donc tout de même ma version des faits à la locataire du 2ème qui est persuadée que c’est ma voisine d’en face qui lui a fait cramer sa porte (je précise que les pompiers ont confirmé que c’est un incendie volontaire), les mots doux reprennent de plus belle et la discussion finie (presque) sur un de toute façon ça n’en restera pas là.

 

Je retourne devant ma télé en rageant que mon film soit fini alors que je n’en ai vu qu’un tout petit quart d’heure, mais enfin, la folle soirée voisins-party est terminée, je l’espère.

 

Le lendemain est un jour nouveau, mon train-train se réinstalle et tout va pour le mieux dans le pseudo-monde des Bisounours, jusqu’à ce que je rentre le midi.

 

Je sens encore cette odeur de plastique brûlé dans l’ascenseur et me questionne quant à la bonne aération de ce lieu, vu le nombre de passages/descentes/remontées effectués par les locataires de cet immeuble. Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrent, je suis désagréablement surprise de l’état du sol poisseux et recouvert de traces de chaussures complètement noires, mais j’avance toute de même vers ma porte et je découvre avec stupéfaction : ma voisine d’en face en train de pleurer, son enfant sorti sur le palier la regardant, et… sa porte d’entrée plus cramée que jamais et la mienne (seulement) recouverte de suie.

 

Ni une, ni deux, ça ne fait aucun doute dans ma tête : l’une qui met le feu chez l’autre et l’autre qui se venge le lendemain. Cette équation donne le résultat suivant : aucune des deux parties n’est assez intelligente pour comprendre qu’en plus de mettre la vie de son « adversaire » en danger et celle de leurs enfants (mais leurs enfants putain quoi !), elles mettent aussi en danger l’ensemble des habitants de l’immeuble, dont moi puisque j’habite en face de cette fucking porte cramée !!!

 

La colère me monte au nez, j’explose en disant que merde quoi, les histoires de voisinage se règlent dehors ou en tout cas pas en en arrivant à cette extrémité ! Foutre le feu à la porte d’autrui, non mais franchement, y a quoi (bah rien justement !) dans le cerveau des gens pour agir ainsi ? Que si en deux ans ces personnes n’ont pas trouvé de solution pour se supporter et en font subir les autres habitants de l’immeuble, mais qu’il y en ait une qui se casse quoi ! Heureusement nous avons d’excellentes portes d’entrée coupe-feu, les dégâts ne sont donc que matériel (et quelque peu psychologique !), aucune fumée ni aucune flamme n’est passée à l’intérieur des appartements.

 

J’appelle l’organisme HLM pour dénoncer ce manque de respect et ce foutage de gueule délibéré de ces deux locataires envers nous autres, ceux qui n’y sont pour rien dans l’histoire, qui ne la connaisse même pas et qui avons subi les conséquences de leur inconscience… l’organisme n’est même pas au courant de l’incendie de la veille ! Alors celui du midi, je ne t’en parle même pas. J’hallucine (si peu…).

 

Minus n’était pas avec moi lors des incendies et c’est là que je me dis que franchement, lui était au bon endroit au bon moment (chez sa Mamie, donc) et j’en suis soulagée.

 

Alors, quand je te dis que ma vie est trépidante (mais pas toujours comme je le souhaiterais), tu me crois maintenant ?

Rédigé par Kikekoidonc

Publié dans #Racontage de vie de moi-même

Repost 0
Commenter cet article

mère pas parfaite 12/11/2012 13:11

je me pose souvent la question :/

mère pas parfaite 07/11/2012 20:16

ah ici c'est feu dans les caves: j'étais avec une amie et nos enfants respectifs (et mes chats aussi! oui je les oublis pas)
bref, feu volontaire, on se doute de qui c'est, mais aucune preuve ni rien, love mes voisins! ... (je veux partiiiiiiiiiiir)
bon courage avec les tiens en tout cas!

Kikekoidonc 12/11/2012 11:10



Mais dans quel monde vit-on... !