L'ampoule qui coûtait cher

Publié le 13 Décembre 2012

Once upon a time...

 

Une ampoule de feux de croisement qui ne fonctionnait plus sur la jolie Modus de sa conductrice.

 

(tout comme Martin, c'est le feu gauche qui ne fonctionnait plus)

 

La jeune, belle, mince, gentille, parfaite conductrice (c'est une histoire, j'écris ce que veux) avait toujours adoré conduire de nuit. Mais depuis que son feu était cassé, elle voyait mal la route et avait manqué à plusieurs reprises d'écraser des piétons, des cyclistes et des hérissons (pauv' bêtes).

 

Elle devait souvent emprunter des routes sinueuses et campagnardes lorsqu'elle rendait visite à sa cousine habitant dans le-trou-du-cul-du-monde ou lorsqu’elle allait voir la marraine de son fils et elle flippait sa race d'arpenter ces fucking routes, surtout avec un feu en moins.

 

Un jour, (plus ou moins un an après qu'elle eu découvert que son feu ne fonctionnait plus, mais c'est un détail...), elle reçu un mail de sa maman avec une pièce jointe indiquant le prix à payer (dans tous les sens du terme) pour chaque infraction commise, notamment un phare en moins = 1 point retiré du permis + 150 € d’amende.

 

Elle prit peur en voyant ces chiffres –surtout en période de Noyël, t’imagines bien- et décida donc de prendre rendez-vous dans un garage (non pas qu’elle ne sache pas changer une ampoule (enfin si mais bon) mais le phare de la Modus n’était pas accessible. Fallait tout démonter quoi !).

 

Elle prit cette décision dans sa tête dans un premier temps, elle se répétait qu’il fallait qu’elle y aille impérativement le samedi qui suivait. Puis une semaine, deux semaines, trois semaines passèrent avant qu’elle aille ENFIN chez Stop Rouge (la conductrice n’ose pas te dire le vrai nom du garage tellement elle a eu l’impression de se faire entuber).

 

Elle se pointa devant le gentil monsieur qui tenait le comptoir de l’atelier et lui dit qu’elle venait changer son phare. Il lui sourit #sourirefoutagedegueule- en lui demandant si ce n’était pas plutôt son feu qu’elle souhaitait changer. « Ah ah ah, petit con » se dit-elle dans sa tête, « Oui, c’est bien mon FEU qui est à remplacer » lui répondit-elle finalement. Le presque gentil monsieur du comptoir de l’atelier lui demanda si elle avait rendez-vous. Bien évidemment, elle n’avait pas rendez-vous, elle ne pensait pas que cela était nécessaire pour changer cette putain d’ampoule. Ils fixèrent donc rendez-vous (pour le jour même, Alléluia), il lui indiqua qu’elle pourrait revenir dans ¾ d’heure et qu’elle pourrait récupérer sa jolie Modus après ¾ d’heure d’immobilisation également. Elle fut étonnée de ce temps si long mais ne dit trop rien. Elle se contenta de signer le devis qui indiquait « 8 € l’ampoule, 20 € le temps de main de d’œuvre », regarda de travers le presque gentil monsieur du comptoir de l’atelier, qui devint tout à coup beaucoup moins gentil à ses yeux, et s’en alla.

 

Elle rentra chez sa maman qui habitait près de Stop Rouge et lui raconta l’anecdote, lorsque son téléphone se mit à sonner. C’était le gentil collègue du pas très gentil monsieur du comptoir de l’atelier qui la contactait pour l’informer d’un erratum sur le devis qu’elle avait signé.

Le gentil collègue s’excusa par avance (déjà, ça sentait le caca) et lui demanda combien de temps d’immobilisation son pas très gentil collègue lui avait indiqué, ce à quoi elle répondit « ¾ d’heure, monsieur ». Le gentil collègue lui annonça que vu le modèle de la voiture (une carte grise et toutes les infos du véhicule sont mises à nu, c’est magique) il faudrait plutôt 1h30 d’immobilisation parce que l’ampoule n’étant pas accessible, il faudrait démonter le pare-choc (ou le capot, ou elle ne sait plus trop quoi). Il ajouta donc que le prix serait modifié du coup, et que de 20 €, elle passerait à 50 € de trouage de porte monnaie.

 

Choquée, elle hoqueta, répondit que ça faisait bien cher l’ampoule (et qu’à ce prix là elle espérait que l’ampoule droite ne péterait pas de si tôt…). Le gentil collègue lui répondit qu’ « au moins avec 1h30 elle aurait le temps de faire ses courses (chez Edouard, justement) ah ah ah ! ». Elle en conclue que chez Stop Rouge, c’était leur dada de se foutre de la gueule de leurs clients (sans parler du prix) et lui répondit que s’il voulait, vu le temps donné elle aurait même le temps de faire ses courses à lui (p’tit con va).

 

L’histoire se finit bien pour la jolie Modus qui avait récupéré ses deux yeux fonctionnant et pour la belle-jeune-mince-parfaite-conductrice qui ne flipperait plus sur les routes de campagne. En revanche, le porte-monnaie de la magnifique conductrice lui, fit sacrément la gueule. Mais comme le dit si bien le monsieur qui tourne sa boule ci-dessous : « C’est l’jeu ma pauv’ Lucette ! ».

 

 

Je précise que cette pub a déjà 5 ans et que cela fait donc 5 ans que je me marre à dire cette phrase…  et j'adore ça !

Rédigé par Kikekoidonc

Publié dans #Racontage de vie de moi-même

Repost 0
Commenter cet article

Evi 13/12/2012 16:37

Et c'est dans des cas pareil que je remercie le ciel que chéri de mon coeur soit mécano!
(c'est vraiment des escrocs toutes ces enseignes... Stop Rouge ou Bidasse c'est tout pareil)

Kikekoidonc 13/12/2012 18:27



Hou un chéri-chéri mécano c'est trop bien ! En général les mécanos sont bricoleurs itout itout en plus ils "servent" bien ! Bah moi avec un ancien cuisinier et un présent banquier je ne vais pas
aller loin ! mdr



mère pas parfaite 13/12/2012 13:48

dans le même genre: resserrer un boulon du siège passager (un boulon quoi, mais accessible que par le dessous) attention les yeux: 100€
Remplacement de l'ampoule du 3eme feu stop (même bordel, impossible d'ouvrir le truc muche tout ça): 100€
(avec main d'oeuvre hein, bien sûr)
Alors qui dit mieux?

Kikekoidonc 13/12/2012 18:26



Ouiiiille ça pique par chez toi ! Bon bah je dis pas mieux et je sors avec mes "pauvres" 50€ quoi... :-/