Comment faire connaissance avec ses voisins en 1 leçon

Publié le 19 Octobre 2012

# Rentrer chez soi après 20 heures.

 

# Ne pas pouvoir accéder à son garage par la rue principale parce qu'un camion de (beaux) (et gentils) pompiers bloque le passage.

 

# Regarder son immeuble de haut en bas en s'assurant de ne pas voir de flammes ni de fumées en sortir. En être soulagée.

 

# Rentrer dans son garage (par l'autre côté de la rue donc) et voir que le portail est bloqué en mode ouvert par sécurité. Commencer vivement à se poser des questions.

 

# Rencontrer dans le parking un jeune voisin indiquant que de 17 heures à 20 heures une panne d'électricité dans tout l'immeuble a eu lieu, mais que "maintenant c'est bon c'est revenu".

 

# Se diriger vers l'ascenseur, mais en fait non, faire demi-tour et prendre les escalier pour atteindre les quatre étages (quand bien même je suis une grosse flemmarde qui déteste monter des marches, j'ai préféré jouer la sécurité que de rester coincée dans l'ascenseur qui plus est avec Minus, crise d'angoisse assurée).

 

# Arriver sur le palier de son étage et tomber nez à nez avec trois pompiers, deux policiers, un agent EDF, et ses chers voisins curieux et à peine affolés.

Les couper dans leur conversation du fait de son arrivée, malgré soi. Se faire observer par l'ensemble de ces personnes de bas en haut tel un alien débarquant de nul part. Se sentir gênée et dire tout de même Bonjour en tentant d'accéder au petit couloir menant à son appartement.

 

# Se faire sauter dessus par une des voisines apparemment ravie de vous rencontrer, se présentant et vous proposant ses services si jamais besoin il y a. Être quelque peu interloquée mais se présenter aussi et la remercier pour son si gentil accueil.

 

# Se faire secondement sauter dessus par un pompier (aucune arrière pensée dans ce terme) vous demandant si vous êtes la locataire de cet (votre) appartement et ajoutant que "vous avez de la chance, on a failli défoncer votre porte !".

 

# D'abord croire à une blague, une caméra cachée, mais vite se rendre compte qu'ils ont VRAIMENT besoin d'accéder à ton logement pour vérifier si ce n'est pas toi qui en oubliant de fermer un robinet, aurais déclenché cette panne électrique dans tout l'immeuble.

 

# Se sentir soulagée en apprenant que non, tu n'es pas fautive et que la panne vient d'ailleurs (un peu comme X-Files, la vérité est ailleurs, en fait), mais d'où ??? ...

 

# Laisser ta porte d'entrée ouverte une bonne partie de la soirée dans l'optique que ces charmants messieurs aient besoin de revenir dans ton appartement (et accessoirement dans ta salle de bain... fort heureusement le bordel habituel était plutôt bordeliquement bien rangé et la caisse à linge est désormais dans le cellier, c'est quand même génial pour limiter les odeurs).

 

# Voir ton fils venir te demander en slip s'il peut aller jouer avec les voisins dans le couloir, lui expliquer que, comment dire, un pantalon sur son fessier serait tout de même le bienvenu. Rencontrer ainsi ton autre voisine d'en face et apprendre d'elle que finalement, la source de la panne a été résolue et que c'est un appart au 7ème qui est inondé.

 

# Être dégoûtée (et un peu triste quand même, j'ai un coeur) pour ce voisin mais soulagée que le problème soit "résolu" et surtout (SURTOUT) qu'il ne vienne pas de chez soi.

 

# Inviter cordialement sa Majesté le Minus à venir se doucher, mais être confrontée à un autre problème : ne plus avoir d'eau chaude... "Laver" le Minus à la lingette (heureusement ce jour là il n'était pas tombé dans la boue à l'école, contrairement à 2 jours auparavant). Se coucher soi-même sans se doucher (beurk) mais se dire que demain ce nouveau problème sera certainement réglé. Se doucher le lendemain matin à l'eau froide en jurant comme un charretier, le problème étant toujours présent...

 

Bref, j'ai rencontré mes voisins.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Kikekoidonc

Publié dans #Racontage de vie de moi-même

Repost 0
Commenter cet article

teparlerdemavie 19/10/2012 12:11

Tu m'as fait mourir de rire! Bon, heureusement le problème ne venait pas de chez toi (c'est toujours ça!).