Catastrophe ambulante

Publié le 27 Septembre 2012

Yes, I am. Et pas qu'un peu.

Je vais te conter mon rendez-vous chez Thomas, mon dentiste. Je t'assure, il le faut, parce que selon moi, cela vaut le détour et surtout parce que si toi aussi tu flippes des dentistes (et autres domaines du corps médical), tu te sentiras beaucoup, BEAUCOUP moins seul.

 

Hier donc, je suis allée à mon rendez-vous avec Thomas. Malgré mes 10 % de confiance à aller le voir (c'est parce qu'on m'a dit qu'il était "super", sinon j'aurais plutôt été à 0,0001 % de confiance), de toute façon j'avais bien besoin d'un contrôle.

Il s'est avéré que ce monsieur est adorable, apaisant et ma foi plutôt drôle, tout comme son assistante (si c'est pas la classe ça d'avoir une assistante qui te guide dans la torture des chicots).

Sauf que...La stressée que je suis connaissait la date de son rendez-vous depuis la semaine dernière, j'avais donc toute une semaine pour me préparer psychologiquement me diras-tu. Oui mais non. Chez moi ça ne fonctionne pas comme ça. J'ai besoin d'être mise devant le fait accompli, car si on me laisse le temps de me préparer je stresse encore plus. Ce qui fait que depuis une semaine, je ressassais, encore et encore, mon cerveau bouillonnait à l'idée d'ouvrir la bouche devant tous ces accessoires qui te grattent la dent jusqu'à t'enlever le moindre émail qu'il puisse te rester.

Quand je stresse, je pleure. Pas les larmes de crocodiles hein, plutôt celles qui te mettent dans un état tel, que tu ne peux plus t'arrêter.

Ayant enfoui tout mon stress, je trouvais ça très curieux de ne pas avoir encore pleuré depuis une semaine. J'ai eu ma réponse lorsque je suis arrivée au cabinet...

Dans la salle d'attente, les larmes ont commencé à couler sur mes joues, ma respiration s'accélérait, impossible de prendre mon souffle correctement afin de me calmer, j'étais partie dans ma démence...

A partir de cet instant jusqu'à ma sortie du cabinet (jusqu'à ma sortie du parking à vrai dire), je n'ai pas pu m'arrêter de pleurer. Je sais, c'est com-plè-te-ment ridicule. Mais c'était plus fort que moi. A peine moyen de lui sortir quelques mots lorsque je reprenais une bouffée d'air ("Bonjour" / Nom / Date de naissance / "Je sais pas" - quand il m'a demandé si j'avais été traumatisée par d'autres dentistes pour être dans un tel état- / Merci -parce que quand même, je suis polie- / Au revoir).

M'installant dans le fauteuil de torture, Thomas a commencé à me triturer la bouche. Il m'a dit que j'avais de belles dents : je l'ai regardé en levant les yeux au ciel en lui disant "Ouais, chè cha" (on parle comme peut avec des accessoires dentaires dans la bouche, j'te ferai dire), pensant qu'il se foutait de moi. Il m'a dit que, si si, c'était vrai, en demandant à son assistante s'il n'avait pas raison (assistante qui a validé cette affirmation, bien entendu).

Je lui ai précisé que j'avais un trou dans une dent (j'ai l'impression que je n'aurai bientôt plus de dent alors qu'en fait ce trou est à peine plus gros qu'une bille de stylo BIC), il m'a répondu que ce n'était rien et qu'il n'y avait pas de carie à l'intérieur non plus.

Quelques secondes plus tard, il en est venu au verdict. Et là, tu me crois ou tu ne me crois pas : en presque 5 ans où je n'ai pas mis les pieds chez un dentiste, je n'ai rien ! Aucune carie, nada !

Il a reculé sa chaise, je me suis assise en le regardant dubitativement et en lui disant que j'avais un gros doute sur ce fait (pour moi, visite chez le dentiste = roulette obligatoire). Il m'a confirmé que vraiment (non, vraiment) je n'avais rien du tout, que mes dents étaient très saines et que je n'avais même pas de tartre. 

Histoire de rester dans la même ambiance qu'à mon arrivée, je me suis remise à pleurer (de joie et de soulagement, cette fois) (je sais, j'ai un pet au casque).

Je sortais ma carte vitale et mon chéquier lorsqu'il m'a dit que je ne lui devais rien. Avec de grand yeux, je l'ai remercié en ajoutant que c'était sympa et lui ai dit en rigolant qu'il devait avoir pitié de moi pour ne pas me faire payer (ahahah je suis très drôle) (mais je le pensais vraiment) (et apparemment lui aussi comme il ne m'a pas contredit et qu'il m'a souri en retour).

 

Je tiens tout de même à dire que mon horoscope d'hier indiquait que "Les planètes tournent en votre faveur. Si tout allait de travers, c'est fini. Vous repartez dans le bon sens." J'ai comme un doute sur affirmation de Madame-Soleil-du-magazine-20-minutes...

 

Voili voilou. Je suis une stressée totalement tarée, mais je le vis bien.

Rédigé par Kikekoidonc

Publié dans #Racontage de vie de moi-même

Repost 0
Commenter cet article

mere pas parfaite 27/09/2012 12:33

Tout ce stress pour rien quoi ;)
Dé-con-trac-tée

Kikekoidonc 27/09/2012 13:59



Ex-ax-te-ment ! ;) Mais ça fait du bien de l'écrire et je crois que je rigolerais de ma bêtise si je me relis un jour (quand je serai vieille ^^)